1 Impasse de La Panouche 83260 LA CRAU
06 49 88 75 83
paroissedelacrau@gmail.com

Annonces du dimanche 13 juin

Paroisse Notre-Dame de la Visitation de La Crau

Annonces du dimanche 13 juin

 « Voici le Cœur qui a tant aimé les hommes. » 

(Jésus à sainte Marguerite-Marie)

Mercredi 16 juin à 20h à la salle Saint-Martin : conférence-débat sur « La joie de l’amour », du pape François

Lundi 21 juin – Fête de la musique à l’église à partir de 20h

Soirée de louange et d’adoration en musique. Les paroissiens qui veulent participer à l’accueil missionnaire se retrouvent à 19h30 à l’église.

Venue de notre évêque Mgr Dominique Rey dimanche 6 juin

Quelle grâce de vivre la messe présidée par notre évêque ! Quelle joie d’avoir pu nous retrouver fraternellement à la maison paroissiale ! Merci pour votre présence, pour tous les préparatifs, et pour l’abondance de l’apéritif !

Les ressources de l’Eglise catholique en France (pour information) 

  • Le Denier de l’Église est la principale ressource (39% du total) : c’est la contribution volontaire de chaque catholique, pratiquant régulier ou non, pour permettre aux prêtres et aux salariés des diocèses et paroisses de vivre et d’agir.
  • Les quêtes versées lors des messes (23%) servent à couvrir les frais des paroisses : frais de fonctionnement (chauffage, électricité…) et tous les frais liés aux activités paroissiales. Certaines quêtes sont affectées à des causes particulières (Église universelle, Secours catholique…).
  • Le casuel  est versé par les familles qui demandent un sacrement (baptême, mariage) et par les familles du défunt pour les funérailles ;
  • Les offrandes de messe sont versées par les fidèles qui demandent à ce qu’une messe soit célébrée à une intention particulière ; elles aident les prêtres dans leur vie matérielle ;
  • Les legs sont des ressources exceptionnelles qui permettent d’envisager les grands projets pour l’Église de demain. Pensez-y !

(Source : eglise.catholique.fr)

Pèlerinage des hommes et pères de famille à Cotignac auprès de saint Joseph :

du 2 au 4 juillet 2021. Un temps de grâce dans un climat très fraternel !

Informations et renseignements : Pèlerinage Cotignac

Inscriptions auprès de Bernard Gravier (06 60 87 55 04).

ESPACE COUPLES

Extrait du texte du pape François La joie de l’amour :

« L’amour ne fait rien d’inconvenant (asxemonéi) » (1Corinthiens 13,5)

« 99. Aimer c’est aussi être aimable, et là, l’expression asxemonéi prend sens. Elle veut indiquer que l’amour n’œuvre pas avec rudesse, il n’agit pas de manière discourtoise, il n’est pas dur dans les relations. Ses manières, ses mots, ses gestes sont agréables et non pas rugueux ni rigides. Il déteste faire souffrir les autres. La courtoisie « est une école de délicatesse et de gratuité » qui exige « qu’on cultive son esprit et ses sens, qu’on apprenne à sentir, qu’on parle, qu’on se taise à certains moments ». Etre aimable n’est pas un style que le chrétien peut choisir ou rejeter : cela fait partie des exigences indispensables de l’amour ; par conséquent « l’homme est tenu à rendre agréables ses relations avec les autres ». 

Chaque jour « entrer dans la vie de l’autre, même quand il fait partie de notre vie, demande la délicatesse d’une attitude qui n’est pas envahissante, qui renouvelle la confiance et le respect […]. L’amour, plus il est intime et profond, exige encore davantage le respect de la liberté, et la capacité d’attendre que l’autre ouvre la porte de son cœur ». 

100. Pour se préparer à une véritable rencontre avec l’autre, il faut un regard aimable porté sur lui. Cela n’est pas possible quand règne un pessimisme qui met en relief les défauts et les erreurs de l’autre ; peut-être pour compenser ses propres complexes. Un regard aimable nous permet de ne pas trop nous arrêter sur ses limites, et ainsi nous pouvons l’accepter et nous unir dans un projet commun, bien que nous soyons différents. L’amour aimable crée des liens, cultive des relations, crée de nouveaux réseaux d’intégration, construit une trame sociale solide. Il se protège ainsi lui-même, puisque sans le sens d’appartenance on ne peut pas se donner longtemps aux autres ; chacun finit par chercher seulement ce qui lui convient et la cohabitation devient impossible. Une personne antisociale croit que les autres existent pour satisfaire ses nécessités, et que lorsqu’ils le font, ils accomplissent seulement leur devoir. Il n’y a donc pas de place pour l’amabilité de l’amour et son langage. Celui qui aime est capable de dire des mots d’encouragement qui réconfortent, qui fortifient, qui consolent, qui stimulent. Considérons, par exemple, certaines paroles que Jésus a dites à des personnes : « Aie confiance, mon enfant » (Mt 9, 2). « Grande est ta foi » (Mt 15, 28). « Lève-toi! » (Mc 5, 41). « Va en paix » (Lc 7, 50). « Soyez sans crainte » (Mt 14, 27). Ce ne sont pas des paroles qui humilient, qui attristent, qui irritent, qui dénigrent. En famille il faut apprendre ce langage aimable de Jésus ».